Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

82, av Laval
Laval, QC H7N 3V4
Canada

438 992-2232

Blogue

7 questions à poser à votre nouveau graphiste

Jean-François Major

Il peut être difficile d’évaluer le travail d’un graphiste potentiel lorsqu’on n’a pas soi-même l’œil d’un designer. Dans son article 11 Revealing Interview Questions to Ask Designers, le blogue Agency Post propose une série de questions d’entrevue pour faciliter la chose. Alors que l’article original s’adresse surtout à des gestionnaires d’agence cherchant à embaucher un designer graphique à l’interne, certaines questions demeurent pertinentes pour une PME en quête d’un pigiste.

En bonus : voici quelles auraient été mes réponses !

1. Décrivez votre démarche créative

J’aime en apprendre le plus possible sur le client à servir ou le produit à promouvoir : visiter l’endroit, en faire l’essai… Je pose beaucoup de questions et je montre des exemples d’inspiration pour identifier un certain style ou une direction graphique qui sera un bon fit avec l’entreprise.

Une fois la création en marche, j’aime collaborer ouvertement et présenter le travail « au fur et à mesure » pour ajuster le tir, si nécessaire. Ça permet d’atteindre la cible de manière plus efficace, plutôt que de dévoiler un produit fini qui repose sur des bases erronées. En général, deux ou trois rondes de révisions suffisent pour conclure un projet.
 

2. Comment trouvez-vous l’inspiration ?

L’inspiration, c’est bon pour les peintres, les poètes et les Artistes avec un grand « A ». Quand on pratique la profession de designer graphique, je crois qu’on doit plutôt conditionner son cerveau à être en mode « travail », et ne pas dépendre de quelque chose de capricieux comme l’inspiration.
 

3. À quel point êtes-vous impliqué dans la stratégie ?

Lorsque possible, j’aime être présent dès le début d’un nouveau projet. En évitant de cloisonner le design graphique dans son propre silo, ça permet d’avoir un résultat qui s’intègre mieux avec le reste, en véritable symbiose.

Lorsque j’arrive en cours de mandat, je sais cependant du bon travail déjà fait et poursuivre dans la même lignée : pas besoin de tout recommencer et de gaspiller des ressources.

4. Que faites-vous si le client n’aime pas ça ?

Je prévois généralement du « lousse » dans mes évaluations pour inclure une deuxième ronde de propositions ou un changement complet de concept, si nécessaire.

Je connais bien mes clients actifs – on me dit souvent que je « lis dans leurs pensées ! » C’est plutôt lorsque j’œuvre pour de nouveaux partenaires qu’il arrive que ça ne tombe pas dans le mille après un ou deux essais. J’offre alors le choix entre poursuivre le travail « à l’heure » ou, si nous sentons tous les deux que le fit n’est pas bon, de mettre fin à la relation, sans frais ou à tarif moindre.

5. Comment organisez-vous votre travail ?

J’utilise une combinaison de logiciels pour mesurer les heures travaillées, les tâches à accomplir et les dates de tombée. Chaque client possède son propre dossier DropBox pour accélérer le partage de documents (tout en servant de stockage cloud sécurisé).

Lorsqu’un projet est terminé, j’élimine tous les fichiers superflus et ne conserve que les documents essentiels, pour pouvoir y retourner rapidement. Une fois par année, les projets complétés sont archivés sur disques externes physiques.
 

6. Quelles questions posez-vous avant de commencer un projet de design graphique ?

J’utilise l’outil Business Model Canvas qui permet de bien saisir l’ensemble d’un projet (public-cible, offre, moyens de promotion, partenaires, etc.) d’un seul coup d’œil. Ça aide également à visualiser comment les morceaux fonctionnent entre eux, pour mieux guider le travail.
 

7. Comment gérez-vous les priorités ?

Les projets les plus urgents, ceux ayant une date de tombée fixe (ex : pub imprimée, foire commerciale, etc.) et les clients les plus réguliers passent en premier. Si les demandes sont toujours dernière minute, c’est signe qu’il y a un problème et je peux proposer des mécanismes pour mieux planifier le travail. À l’occasion, je fais un blitz de boulot en dehors du « 9 à 5 » pour finir par accommoder tout le monde.


Jean-François Major est à la fois designer graphique et rédacteur agréé, offrant son œil, sa plume et ses bonnes idées à des petites entreprises de Laval et Montréal. Lorsqu’il n’est pas en train d’esquisser un nouveau modèle d’affaire ou d’angoisser à l’approche imminente d’une date de tombée, il aime jouer de la guitare, préparer des cocktails et dévorer un bon livre.

FRANÇAIS
ENGLISH