Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

82, av Laval
Laval, QC H7N 3V4
Canada

438 992-2232

Blogue

Comment écrire un article de blogue sur n’importe quoi (ou à peu près)

Jean-François Major

Bien que cet article-ci soit le premier sur mon blogue, il y a longtemps que j’ai perdu le compte de ceux écrits pour d’autres. Au fil des ans, j’ai rédigé des billets sur à peu près n’importe quoi : les sièges d’auto, la vie de couple, le steak, la vodka et même, sur un chalet à l’épreuve des zombis. Est-ce que je suis un expert sur tout ça ? Absolument pas. Alors comment pourrais-je écrire avec autorité là-dessus ?

Voici ma recette secrète.
 

La cueillette d’information

Lorsque le budget le permet, j’aime bien prendre le temps d’interviewer un expert sur le sujet. J’identifie la bonne personne — les associations professionnelles ont souvent un service à cet effet — et je lance l’invitation par courriel. Beaucoup de gens seront prêts à partager leur savoir en retour d’un hyperlien vers leur site web.

Quelques jours avant l’entrevue téléphonique, j’achemine cinq à sept questions par courriel. Je prends des notes tout au long de la conversation, puis je m’installe à rédiger une première ébauche dès que je raccroche, pendant que tout est frais dans mon esprit.

Si le budget est plus restreint, alors je me tourne vers Google pour identifier trois articles de sources fiables qui parlent déjà du sujet à couvrir. J’imprime, je surligne les passages pertinents et surtout, je m’attarde aux informations qui sont communes entre plusieurs textes : c’est généralement le plus important ! 
 

La première ébauche

Que ce soit mes notes d’entrevue ou des articles surlignés, je rédige ensuite une synthèse de l’information. J’aime débuter avec un titre accrocheur, puis un paragraphe qui « prépare la table » – parfois une anecdote, mais plus souvent un simple résumé du genre « sommaire exécutif ».

Je présente alors les idées en suivant un ordre logique. Par exemple :

  • chronologique (pour les textes d’histoire)
  • de général à spécifique (pour les textes techniques)
  • du « moins spectaculaire » au « plus spectaculaire » (dans le cas d’une liste)

À ce stade-ci, je ne fais qu’écrire et éviter de me relire — ça viendra plus tard. Puis, tous les deux ou trois paragraphes, j’ajoute un intertitre pour briser l’information en morceaux plus comestibles. Comme ça.
 

La révision

Au stade final, je range la plume du poète et je sors plutôt la hache du réviseur. Out les bouts de phrases inutiles. Si ça peut être écrit en cinq mots au lieu de sept, tant mieux.

Après une première séance de trimmage, je soumets le texte à mon correcteur Antidote et je suis presqu’aveuglément ses recommandations.

Prochaine étape : j’imprime et je lis à voix haute, stylo rouge à la main. Bien souvent, je vais jouer en prenant une voix de personnage et en marchant de long en large : par expérience, il se glisse davantage d’erreurs lorsqu’on se contente de lire avec ses yeux et en étant trop confortablement assis !

Si je sens qu’une phrase accroche, je la reformule comme elle me vient naturellement et je gribouille au stylo, en utilisant les symboles de révision d’épreuve et des abréviations. Je retourne alors à l’article original, j’apporte les derniers ajustements et je fais une dernière lecture, par précaution.

Le texte est enfin prêt à être glorieusement copié + collé dans l’engin de blogue.
 

Une méthode plus rapide qu’il n’en paraît

Ça peut sembler comme beaucoup d’étapes, mais ça devient rapidement un automatisme. Il m’est arrivé de rédiger des articles complets — en ne connaissant rien du sujet initial — en moins de deux heures !

En panne d’inspiration ? Besoin d’un coup de main pour alimenter votre blogue ? N’hésitez pas à me faire signe et je pourrai vous dévoiler quelques trucs du métier.


Jean-François Major est à la fois designer graphique et rédacteur agréé, offrant son œil, sa plume et ses bonnes idées à des petites entreprises de Laval et Montréal. Lorsqu’il n’est pas en train d’esquisser un nouveau modèle d’affaire ou d’angoisser à l’approche imminente d’une date de tombée, il aime jouer de la guitare, préparer des cocktails et dévorer un bon livre.

FRANÇAIS
ENGLISH